Les actualités

Mois : avril 2022

Les directeurs de soins ont 20 ans : Que de chemin parcouru !

1975 / 1978 / 1989 / 1991

Au début, il existait une fonction née dans un contexte de pénurie d’infirmiers sans précédent et d’un désamour pour cette profession.  

Pour revaloriser la fonction d’infirmière et donner des perspectives à ce corps professionnel, Simone VEIL, ministre de la santé, crée en 1975 le grade d’infirmier(e)  général (e) et le service infirmier.

L’infirmier(e) général(e) est responsable des soins infirmiers et de la qualité des soins à l’échelon d’un hôpital et suivra une formation d’adaptation à l’emploi à Ecole Nationale de la santé publique à Rennes.

La reconnaissance du rôle propre de l’Infirmier(e) en 1978 donne toute sa légitimité au service de soins infirmiers et assoit l’exercice du soin infirmier à hôpital.  Dès sa création la fonction d’infirmier(e) général(e) à de multiples facettes et cette fonction se transformera au cours des décennies au gré de l’évolution.

  • de la gouvernance hospitalière,
  • des métiers paramédicaux,
  • de l’appareil de formation.

Les grèves de 1989 en lien avec un mécontentement sur la condition des infirmier(e)s permettront une nouvelle reconnaissance de ce corps. L’infirmier(e) général(e) accède à la catégorie A et intègre l’équipe de direction, puis la loi de 1991  étoffe la gouvernance hospitalière avec la création du service de soins infirmiers et la Commission des Soins Infirmiers  dont l’infirmier(e) générale est la présidente.

2002 / DIRECTEUR DES SOINS

La complexité croissante des prises en charge nécessite de déployer au lit du patient un personnel paramédical pluriel (Infirmières, personnel de rééducation, médico – technique). Il faut fédérer et coordonner l’ensemble des paramédicaux autres que les infirmier(e)s. L’infirmier(e) général(e) devient le 19 avril 2002 directeur des soins et président de la CSIRMT.

Cette date marque un tournant dans la profession, et permettra aux Directeurs des soins de  bâtir une véritable place stratégique et politique dans la gouvernance hospitalière.

La mise en place des pôles d’activité avec la loi HPST va entrainer une redistribution importante des rôles entre les cadres supérieurs de santé et les Directeurs de soins, repositionnant ce dernier dans une fonction plus stratégique. Il est coordonnateur général des soins, et il siège au directoire.

C’est hors des murs que se poursuit l’évolution du métier. Le directeur des soins travaille en  direction commune sur plusieurs sites et parallèlement  dans une configuration de groupement hospitalier.

Le champ d’action du directeur des soins est maintenant le territoire et cette nouvelle dimension lui demande de se repositionner à nouveau. Il doit faire avec des cultures différentes, dans le cadre de l’élaboration du projet médico-soignant ou du projet d’instituts de territoire. Dans ce périmètre, le travail en commun suppose des consensus qui ne vont pas toujours de soi et le directeur des soins doit investir aujourd’hui une nouvelle mission :

Mission de coopération stratégique et de co-pilotage avec les partenaires du territoire

Au fils de ces décennies, en tant qu’infirmier général, puis en tant que directeur des soins, ce métier s’est construit, s’est complexifié. Le Directeur des soins a réagi en relevant tous les défis, celui de  l’évolution de son métier, celui de la crise sanitaire.

S’il a eu cette capacité c’est grâce à la singularité de son parcours mêlant à la foi l’expertise managériale et l’expertise métier. Un leader qui favorise l’engagement des équipes, un négociateur de moyens pour sa direction, un diffuseur d’information, parce que sa fonction stratégique nécessite qu’il ait de bons relais.

 C’est parce qu’il a également l’expertise métier, la connaissance des organisations des soins qu’il peut facilement faire l’articulation entre les logiques managériales et les logiques professionnelles. Cette double expertise lui permet d’avoir une vision prospective pour : piloter les projets et donner du sens à l’action collective, impulser les innovations organisationnelles dans le cadre de l’émergence des nouveaux métiers, de la création de nouvelle filière de formation, de l’introduction des technologies de communication et de l’Intelligence Artificielle

LES DEFIS DE L’AVENIR

A l’avenir, le directeur des soins devra relever d’autres défis : développer encore plus des compétences transversales en termes d’analyse stratégique, systémique, de gestion de l’innovation, E management et des compétences psychosociales, surtout l’empathie, la résilience et la capacité à travailler dans un environnement d’injonctions paradoxales.

Les évolutions de notre métier continueront à être liées à l’évolution du système de santé, des métiers paramédicaux et de la formation.

Nous l’avons vu avec la Loi Rist qui a failli nous enlever la présidence de la CSIRMT au prétexte de plus de démocratie.

Les enjeux à venir sont nombreux et certains peuvent impacter significativement notre métier.

1 / L’universitarisation des formations initiales et la création des départements en sciences de la santé sont indéniablement une chance. Mais attention où nous positionnons le curseur, parce qu’il y a un risque  de satelliser les formations, et les instituts vers l’université et par là même les Directeurs d’instituts et les formateurs.  Les cadres et directeurs d’instituts pourraient revendiquer de n’avoir besoin que de titres académiques, c’est déjà une possibilité mais c’est un risque car :

  • La logique de formation qui est aujourd’hui « entre gens des métiers » se distendrait irrémédiablement,
  • La mobilité des cadres et des directeurs d’instituts serait déséquilibrée avec une construction en silo.

Il est important de garder une homogénéité des corps professionnels au sein de la fonction publique hospitalière. Encourager les titres académiques mais les inscrire dans la filière professionnelle qui permet l’expertise et aussi l’ascenseur social. L’hôpital doit rester un ascenseur social pour tous !

2 / L’Hémorragie démographique des Directeurs des soins : ¼ des DS ont disparus en 10 ans et depuis  2012 le solde reste négatif. L’âge d’entrée dans le corps est tardif 48 /49 ans, de ce fait la carrière est courte et oblige à un renouvellement rapide.  Les raisons sont multifactorielles : 

–   le recours par les établissements à des Faisant Fonction  et le gel de certains postes.

–   le maintien des paramédicaux dans des postes de faisant fonction de cadres ou cadres supérieurs.

A chaque étape l’institution hospitalière met en place un système de sélection interne qui freine mécaniquement le candidat et diminue sa possibilité d’accéder rapidement à la fonction de cadre et de directeur des soins.

Notre système gaspille des potentiels. La possibilité donnée par le nouveau décret d’accéder à la fonction de directeur des soins plus vite (accessibilité directe du corps des paramédicaux) sera une ouverture. En tant que syndicat nous serons vigilant à ce que cette ouverte se fasse dans le maintien de la compétence nécessaire à l’exercice de directeur des soins.

  • la perte d’attractivité du métier car le directeur des soins est dans une 3ème carrière et beaucoup ne voyait pas l’intérêt jusqu’à présent de passer un concours difficile, de s’exiler un an pour avoir un salaire indiciaire peu diffèrent des CSS. La reconnaissance statutaire en tant que corps de direction avec concours national et une gestion nationale (CNG) n’a pas stoppé le  déclin démographique. Cet élément était à l’origine de nos revendications de revalorisation.

 Pour nous, le  directeur des soins est un directeur à part entière. Pour certains cela peut paraitre creux, pour d’autres c’est une évidence. Alors qu’est-ce qui pèche ?

Il y a un blocage idéologique de la Haute Fonction Publique qui ne reconnait pas la trajectoire professionnelle des directeurs des soins, car elle est atypique et qu’elle n’a pas d’équivalence dans la Fonction Publique d’Etat.

Or cette singularité démontre une capacité d’adaptabilité, d’agilité et une montée en compétence sans précèdent aux cours des quatre décennies d’évolution du métier qui légitime son inscription dans le corps des directeurs adjoints. Ce n’est pas un corps uniquement destiné à parachever la carrière de cadres de santé eux-mêmes sortis du rang.

LE SEGUR, UN PIED DANS LA PORTE

Si le décret et les arrêtés sont incontestablement des avancés et si à chaque négociation le CHFO a essayé d’obtenir toujours plus d’arbitrages favorables, le compte n’y est pas au regard des ambitions pour ce corps professionnels et au regard des attentes de la profession. La valorisation statutaire et l’engagement professionnel ont été insuffisamment reconnus c’est pour cela que nous avons voté contre ces textes !

Ces discussions auront eu le mérite d’inscrire pour les directeurs des soins un certain nombre de points à mettre en œuvre qui nous ramènera à la table des négociations comme :

-les modalités de reclassements, l’accessibilité à la classe exceptionnelle, l’évolution de la formation.

Nous avons mis un pied dans la porte, nous ne la refermerons pas, les directeurs des soins peuvent compter sur notre engagement et notre pugnacité !

Profil AAH : Le CNG recrute au sein du département de gestion des praticiens hospitaliers

Un/Une GESTIONNAIRE EXPERT ET COORDONNATEUR/TRICE DE LA CELLULE « DISCIPLINE ET INSUFFISANCE PROFESSIONNELLE » (praticiens hospitaliers)

Le Centre national de gestion gère la carrière de plus de 62 000 praticiens hospitaliers, praticiens hospitalo-universitaires et directeurs de la fonction publique hospitalière.

Le poste à pourvoir consiste à piloter l’unité chargée des procédures disciplinaires des praticiens hospitaliers et hospitalo-universitaires, en lien avec les différents partenaires du CNG dans la mise en œuvre de ces procédures.

Sur le détail des fonctions et les compétences attendues, consulter la fiche de poste.

Des renseignements peuvent être pris auprès de Marie-Josée RICHEROL, Fanny LECOEUVRE et Elsa LIVONNET
Marie-Josee.RICHEROL@sante.gouv.fr ;Fanny.Lecoeuvre@sante.gouv.fr ; Elsa.Livonnet@sante.gouv.fr

Si vous êtes intéressé(e), merci de transmettre votre candidature (CV + Lettre de motivation) à l’adresse suivante : cng-recrutement@sante.gouv.fr 

sous la référence « DGPH – GESTIONNAIRE EXPERT ET COORDONATEUR/TRICE – MJR01 ».N

DH : avis de vacance d’emplois de directeurs adjoints du 29 avril 2022

72 emplois de directeurs adjoints ou directrices adjointes sont proposés, aux directeurs ou directrices d’hôpital de classe normale, hors classe ou classe exceptionnelle : consulter l’avis

Le délai de candidature court jusqu’au 20 mai 2022. Les candidatures doivent être adressées d’une part au Centre National de Gestion à l’adresse électronique suivante :

cng-mobilite.dh-da@sante.gouv.fr

Les fiches de poste sont à solliciter auprès de l’établissement et le dossier de candidature doit d’autre part leur être adressé directement.

La publication suivante est programmée le 18 mai pour les emplois de chefs d’établissements et emplois fonctionnels, et le 17 juin 2022 pour les emplois d’adjoints.

Le CHFO est à votre écoute pour vos projets de mobilité : 

    01 47 07 22 34 (permanence)

PROMOTION A LA HORS CLASSE DES DH (suite)

Un blocage et non un retard

Le taux de promotion avait été fixé à 40% au mois de janvier 2021 et seulement pour l’année. Il avait conduit à la publication hâtive d’un tableau d’avancement de 35 promus.

Normalement les taux de promotion sont fixés de manière pluriannuelle puisqu’ils sont censés réguler la structure des carrières (et limiter la rémunération).

Il faut donc qu’un nouvel arrêté soit pris, ce qui n’est pas encore le cas fin avril. Il ne s’agit nullement d’un retard bureaucratique.

Le taux de promotion 2022 n’est pas publié parce que la DGOS ne parvient pas à obtenir un accord interministériel pour maintenir le taux de 2021 ! Celui-ci serait jugé trop favorable par les autres administrations.

Nous serions privilégiés ?!

Il ne faut pas chercher bien loin ; le taux de promotion pour les administrateurs civils a été fixé à 24% pour 2022 par un arrêté du mois de novembre (sans changement depuis 2019).

Mais tout cela n’est qu’apparence. Nous avons au contraire échangé à deux reprises avec la DGOS ce mois d’avril pour démontrer chiffres à l’appui que le taux de promotion des DH est en réalité plus restrictif dès sa mise en place.

Le calcul du quota de promouvables pour les AC ne prend pas en compte l’exigence de mobilité.

240 DH de la classe normale remplissent les 2 conditions d’échelon et d’ancienneté dans le corps.

L’application du statut et du taux de promotion des administrateurs civils (24%) donnerait donc 58 promotions.

Tel qu’appliqué en 2021, le taux de promotion de 40% de DH inclut la condition supplémentaire des 2 mobilités. Dans ce cas il n’y a plus que 129 DH de CN remplissant l’ensemble de ces conditions.

On obtient alors un quota de 51 promotions, soit un nombre inférieur à l’application des règles en vigueur pour les AC.

Il est donc tout à fait déplacé de parler de taux avantageux alors que nous sommes en réalité à 21%.

De plus ce blocage illustre à quel point les grands discours sur la gestion modernisée de l’Etat finissent dans des disputes mesquines, voire minables.

Nous demandons de la cohérence et de la justice

Nous n’avons toujours pas le moindre début d’explication sur la justification de ce taux de promotion : quelle équité intergénérationnelle ? quelle sélectivité ? quelle réponse aux besoins des établissements ? Rien si ce n’est le ressentiment entre 2 corps de fonctionnaires ?

En pratique, pour le CHFO, il n’est pas question de renouveler la précipitation de 2021 pour aboutir à un tableau d’avancement aussi squelettique. Concrètement, la date d’effet du tableau d’avancement ne sera pas modifiée s’il est adopté avec retard.

Nous continuerons donc à argumenter pour préserver vos intérêts et obtenir la solution la plus favorable. Car nous savons que les critères de priorisation inscrits dans la Ligne directrice de gestion seront très difficiles à appliquer par le CNG, pour gérer une file d’attente qui s’allongera chaque année si l’on ne change pas le dispositif.

Posted in DH

DS : le point sur la mise en œuvre du statut et l’accès à la classe exceptionnelle.

Le CHFO agit pour une mise en oeuvre rapide de la révision statutaire

Dès la parution des décrets modifiant le statut des Directeurs des soins, nous vous avons adressé un dossier présentant les points essentiels de la réforme : notre dossier

Le même jour vos représentants DS pour le CHFO ont saisi le Centre national de Gestion sur les modalités de mise en œuvre : notre courrier.

Le reclassement dans la nouvelle grille

Le CNG nous indique que l’ensemble des arrêtés de reclassement dans les nouvelles grilles de classe normale et hors classe sont à la signature. Ils seront diffusés prochainement.

Si vous avez des questions ou un doute sur votre prochain reclassement, n’hésitez pas à nous questionner. Nous disposons d’un outil pour vous adresser une simulation individuelle.

La PFR

Pour mémoire, vous devez déjà avoir bénéficié d’une décision revalorisant la part fonction de votre PFR au titre de l’année 2022. Cela entraîne un rattrapage pour les mois déjà versés depuis janvier. Notre fiche PFR  En cas de difficulté, nous vous invitons à nous saisir.

Le nouveau grade de classe exceptionnelle.

Dès les reclassements dans la nouvelle grille de la hors classe effectués, il sera possible d’établir un tableau d’avancement à la classe exceptionnelle au titre de l’année 2022 (avec effet au 1er avril).

Pour vérifier si vous remplissez les conditions préalables pour être proposés à la promotion, consultez notre fiche statutaire.

Si vous avez besoin d’explications complémentaires, la permanence CHFO est à votre disposition.

Nous aurons une séance de travail avec le CNG le 10 mai prochain, en particulier pour définir la ligne directrice de gestion, dont les critères de promotion pour le « vivier valeur professionnelle ».

Le CHFO vous tiendra informés à chaque étape et reste à votre écoute.

Le 7 avril dernier, le CHFO a demandé à la DGOS que la deuxième phase de discussion sur la refonte du statut soit engagée rapidement (emplois fonctionnels, recrutement, formation). Nos interlocuteurs ont bien à l’esprit l’engagement pris lors des discussions SEGUR, et comptent demander confirmation de leur mandat dès la constitution du nouveau gouvernement.

Pour le CHFO, il faut rapidement dépasser une réforme incomplète et engager un nouveau protocole global pour les trois corps de direction de la FPH.

D3S : Avis de vacance d’emplois d’adjoints du 23 avril 2022, complété le 29 avril

28 emplois de directeurs adjoints ou directrices adjointes sont proposés, aux D3S de classe normale ou hors classe : Consulter l’avis

Un second avis propose un emploi : Consulter l’avis

Les candidatures doivent être adressées sous 3 semaines au Centre National de Gestion à l’adresse électronique suivante :

cng-mobilite-d3s@sante.gouv.fr

Les fiches de poste vont être mises en ligne par le CNG, sinon vous pouvez les solliciter auprès de l’établissement. Le dossier de candidature doit leur être adressé directement.

La publication suivante est programmée le 09 juin pour les emplois de chefs d’établissements, et le 17 juin 2022 pour les emplois d’adjoints : Consultez le calendrier des publications 2022 pour les adjoints.

Enquête sur le droit à la déconnexion

La période de crise pandémique a mobilisé le personnel hospitalier sans discontinuité depuis plus de deux ans. L’évolution des pratiques et des rythmes s’est accélérée. De surcroit avec la généralisation de l’utilisation des outils NTIC (smartphone, mail, télétravail…), la dichotomie entre les sphères privée et professionnelle est toujours plus ténue.

Le respect des temps de repos et congés est un élément de base de la « QVT ». Mais la réalité et la qualité de ces temps sont remises en cause s’ils sont hachés par une connexion permanente.

Le respect d’un droit à la déconnexion ne s’oppose pas à un engagement plein et entier dans son métier. Il est conçu pour préserver la santé des professionnels ainsi que pour protéger la vie personnelle et familiale des cadres hospitaliers. Aussi le CHFO souhaite recueillir votre avis sur vos pratiques actuelles et sur leurs évolutions.

Précisions complémentaires :

Les réponses attendues ne concernent pas les contextes d’astreinte ou les situations exceptionnelles de gestion de crise.

Il est possible de remplir le formulaire sans être connecté à un compte Google.

Aide à la cotation :

rarement = une fréquence inférieure à une fois par semaine ; régulièrement = au moins une fois par semaine ; très fréquemment = plusieurs fois par semaine

Instance collégiale DH du 20 avril 2022

Cette seconde publication de vacances d’emplois de l’année comprenait 8 emplois fonctionnels :

  • DGA du CHU de Strasbourg (Groupe II)
  • Directeur de service central à l’APHP (Groupe II)
  • Directeur du GHU Paris Seine-Saint-Denis (Groupe II)
  • Directeur du CH de Vierzon (Groupe III)
  • Directeur du CH de Bastia (Groupe III)
  • Directeur du CH de Rouffach (Groupe III)
  • Directeur de l’EPSM de Chalons en Champagne (Groupe III)
  • Adjoint au Directeur du CHI de Toulon (Groupe III)

Déclaration liminaire des représentants CHFO.

Le CHFO tient à souligner l’état de très vive tension que connaissent nos établissements.

Cette tension rejaillit sur les cadres de direction avec une particulière intensité, car ils doivent faire face à des difficultés insolubles : services d’urgences fermés, maternités en délestage, taux d’absentéisme inédit, permanences de soins en ville inexistantes…  

Notre instance se réunit dans un temps particulier, mais il n’y a pas de trêve pour nos établissements.

L’instance collégiale pour l’accès aux emplois supérieurs des DH se réunit aujourd’hui pour examiner les candidatures aux 8 emplois publiés le 16 février 2022.

39 candidats différents ont postulé sur un ou plusieurs des 8 emplois, dont 11 femmes et 28 hommes. Le CHFO rappelle à cette occasion l’engagement pris par le CNG de faire un retour circonstancié aux candidats non shortlistés, et sa demande aux ARS d’en faire de même à l’issue des choix définitifs.

Le CHFO entend bien défendre l’égal accès aux emplois supérieurs des cadres de direction et veiller à l’impartialité de l’Instance collégiale où il siège avec voix consultative.

Ce principe d’égal accès aux emplois publics fait partie du bloc des principes républicains, laïcs et universalistes auquel Force ouvrière a toujours affirmé son attachement.

Dans ce moment politique, il est utile de le rappeler : Force ouvrière, fière de son indépendance, ne donne pas de consignes de vote. Force ouvrière et le CHFO ont toujours été et demeurent « sans faiblesse, sans concession sur leurs valeurs fondamentales : le refus du racisme, de l’antisémitisme, de la xénophobie, des slogans qui font de l’étranger, du migrant, le bouc émissaire faute d’apporter des réponses de justice sur le terrain économique et social. »

Sur les questions de politiques économiques et sociales, FO affirme sa détermination à poursuivre son action, en tant que syndicat, sans relâche pour la défense des intérêts moraux et matériels, économiques et professionnels des salariés, et pour ce qui nous concerne, de tous les cadres hospitaliers.

Alors qu’il s’agisse de la formation de professionnels en nombre suffisant, de la création et du financement des postes nécessaires, de la revalorisation des salaires de tous les hospitaliers, de leur droit à une retraite digne fondée sur la solidarité intergénérationnelle, le CHFO reste fier et engagé pour un service public plus fort.

Pour le CHFO, il n’y aura pas de pause, ni pour la défense des libertés individuelles et collectives, ni pour la défense du service public hospitalier, ni pour les revendications de ses professionnels.

Les décisions de l’instance collégiale

Elle a arrêté les listes courtes  pour les 8 emplois à l’ordre du jour. Les listes vont de 1 à 9 candidats selon les emplois fonctionnels.

Les choix définitifs après les entretiens sont annoncés pour le 31 mai 2022.

Le CHFO vous communique les tableaux actualisés des critères de sélection qui ont été soumis au CCN au mois de mars et qui ont été mis en ligne par le CNG à la rubrique Lignes directrices de gestion :

Tableau des critères emplois fonctionnels de chefs d’établissement et d’adjoints : CRITERES EF DH

Tableau des critères emplois de chefs d’établissement : CRITERES CHEFS DH

Posted in DH

D3S adjoint : le Centre Hospitalier de Saint-Nazaire (44) recrute

Les candidatures (CV + lettre de motivation + 3 dernières évaluations) sont à adresser à Monsieur Julien COUVREUR directeur général du CH de Saint-Nazaire, tél : 02.72.27.89.02 ; j.couvreur@ch-saintnazaire.fr

Ces 3 établissements sont membres du Groupement Hospitalier de Territoire de Loire Atlantique (GHT
44) dont l’établissement support est le CHU de Nantes.

Le profil recherché est celui d’un D3S pour prendre en charge les missions de directeur délégué du CH de Savenay  et responsable de la filière médico-sociale du CH de Saint-Nazaire.

Consulter la fiche de poste de directeur adjoint

DH : résultats du mouvement 2022-1

La publication comportait 4 emplois fonctionnels dont 1 de groupe II, 3 de groupe III, et 2 emplois non fonctionnels.

L’instance collégiale s’est réunie le 16 mars 2022 pour arrêter les listes de candidats présélectionnés.

Le CNG publie aujourd’hui la liste des 6 candidats retenus :

Résultats Mouvement 2022-1 Chefs d’établissements et Emplois fonctionnels DH

Les candidatures aux emplois fonctionnels et de chefs d’établissements publiés le 16 février seront examinées lors de l’instance collégiale du mercredi 20 avril 2022.

Le CHFO est à votre écoute pour vos projets de mobilité. N’hésitez pas à nous en faire part et à nous saisir de toute question :
permanence@chfo.org // 01.47.07.22.34

Toutes les rubriques