Les actualités CHFO

Réaction au courrier du 19 juillet 2022 du député Eric CIOTTI

Partager

Dans un courrier, le député LR des Alpes-Maritimes Éric Ciotti interpelle Matignon sur la désignation du chef d'établissement du CHU de Nice

Le député Éric CIOTTI réussit à faire le buzz en pleine trêve estivale en demandant d’expérimenter une idée qui est en fait “vieille comme mes robes” aurait dit Coluche.

Lire le courrier

Monsieur CIOTTI ignore vraisemblablement que les emplois supérieurs hospitaliers sont ouverts aux 3 fonctions publiques, aux praticiens et aux contractuels depuis des années, avec les encouragements réitérés de plusieurs gouvernements.

Donc cette expérimentation soi disant novatrice existe de longue date.

Il sera peut être surpris d’apprendre que ce n’est pourtant pas la ruée des praticiens pour “expérimenter“. Ni celle des hauts fonctionnaires des autres FP ! Qu’il s’agisse d’établissements modestes ou prestigieux, attractifs ou difficiles.

Pourquoi ? Parce que l’hôpital public s’est construit sur la légitimité des métiers et des compétences. 

Pourquoi ?? Parce que les praticiens hospitaliers savent que diriger un hôpital est un métier à temps plein et à part entière, qui demande des compétences spécifiques et une expérience pratique. Et que pour un médecin cela veut dire ne plus exercer mais opérer une reconversion.

Dans la période actuelle où nous constatons notamment des pénuries médicales et paramédicales, des fermetures de services d’urgence, ou l’accroissement du nombre de déserts médicaux, c’est pour le moins paradoxal !

Monsieur CIOTTI envisage-t-il aussi le rappel des religieuses pour pallier le manque de soignants ?

Le CHFO préfère voir la dimension positive de ce coup mediatico-local : vu les difficultés du député à faire prospérer ses propositions, le fait qu’il porte cette fausse bonne idée est sans doute un bon signal.

Voici encore une illustration parfaite de la nécessité actuelle de communiquer pour exister, quitte à se rendre ridicule. L’humour par l’absurde a ses limites, l’opportunisme politique aussi. Nous ne nous abaisserons pas à conseiller Monsieur le député d’envisager une reconversion. Quoique…

Le directeur bashing a malheureusement de beaux jours devant lui. Après l’absence de soutien constaté lorsque les directeurs sont menacés physiquement, désormais sans complexe, un représentant de la République proclame leur inutilité.

Le CHFO condamne ces propos polémiques stériles, qui desservent le besoin d’unité en ces temps si éprouvants pour le service public hospitalier.

Le CHFO appelle les pouvoirs publics à se donner les moyens de revenir vers un service public hospitalier fort, au service de nos concitoyens.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

CHFOPolitique hospitalière

Article 25 de la loi du 27 décembre 2023, une nouvelle étape des GHT ?

L'article 25 de la loi du 27 décembre dernier, dite loi Valletoux instaure un droit d'option pour doter de la personnalité morale les GHT. Un risque de plus ou une réelle opportunité : l'analyse du CH-FO

Lire la suite

CHFOFonction publique

Réforme de la haute fonction publique : les directrices et directeurs exigent une juste reconnaissance

Lire la suite

CCNCHFO

Un carrefour dangereux pour les directeurs de la Fonction publique hospitalière

Le Comité consultatif national des directeurs se réunit le 7 décembre 2023. Le CHFO lance un cri d'alarme sur ce qui se prépare pour les directeurs des trois corps.

Lire la suite

CHFOPolitique santéProtection sociale

Le PLFSS 2024 bien loin du compte !

L’examen du PLFSS 2024 se poursuit au Sénat, après avoir été « considéré comme adopté » en première lecture à l’Assemblée nationale.

Lire la suite

CHFOPolitique santéProtection sociale

Suppression de l'AME : médecins et cadres hospitaliers solidaires

Les valeurs du service public hospitalier comme le code de déontologie se rejoignent pour rejeter une telle mesure.

Lire la suite