Les actualités

Mois : janvier 2021

Les vœux du CHFO

Chère et cher camarade,

Il est encore temps, au nom du bureau et de toute l’équipe CHFO de vous adresser tous nos vœux pour 2021, et c’est plus que jamais nécessaire tant les premières semaines de cette année montrent la rudesse de la période.

Tout au long de l’année 2020, il a fallu assurer la continuité de l’activité syndicale dans la tourmente de la crise sanitaire qui succédait à une crise sociale aigüe sur le plan national et dans nos établissements.

La priorité est allée au soutien aux adhérents, tant dans les situations individuelles que dans la défense collective des cadres et du service public hospitalier et médicosocial, face aux errements des pouvoirs publics. « Fiers et engagés » a été notre devise, nous avons multiplié les interventions auprès du CNG et du Ministère.

Force Ouvrière et le CHFO ont investi les discussions du SEGUR de la Santé avec ténacité. La grande refonte de notre système n’a pas été au rendez-vous. Des engagements ont cependant été obtenus pour de nombreuses catégories mais les manques et les mises à l’écart font que la bagarre continue encore.

Prolongation de la crise sanitaire, discussions statutaires, réformes de la gouvernance et du financement, relance de l’investissement et de la démographie des métiers, l’ordre du jour de l’année sera dense et demande notre détermination sans faille.

Détermination à défendre l’idée que ce sont les principes fondamentaux de service public qui doivent guider les changements et améliorations des dispositifs, que le seul repère primordial est celui des valeurs de la République et de l’intérêt général.

Mais aussi et avant tout détermination à défendre les intérêts des cadres hospitaliers, qu’ils exercent à l’hôpital, dans le secteur des personnes âgées, de l’enfance, du handicap ou dans celui de l’insertion sociale ou bien encore en position de détachement. Notre responsabilité est de bâtir un projet attractif pour les jeunes qui entrent dans la carrière.

L’année 2021 doit être à ce titre celle de la syndicalisation, chaque adhérent peut faire partager à ses collègues la nécessité du collectif, l’engagement et la pugnacité du CHFO pour défendre ceux qui sont en « première ligne ».

Toutes et tous avons besoin d’un syndicat plus fort pour cela, et le CHFO a besoin de chacun de vous. 

Meilleure année 2021 à tous, et vive le CHFO.

Didier HOELTGEN,

Secrétaire général

Instance collégiale DH du 19 janvier 2021 : notre alerte était justifiée

Dans sa séance du 19 janvier 2021, l’instance collégiale pour les emplois supérieurs de DH a inscrit sur une liste de candidats un collègue qui exerce une fonction de direction dans l’ARS dont relève l’établissement, malgré les nombreuses oppositions dont celles unanimes des représentants des directeurs et des établissements, qui siègent avec voix consultative.

Cette décision contrevient à la Ligne directrice de gestion adoptée au mois de septembre 2020 : celle-ci définit les critères d’accès aux emplois fonctionnels qui conduisent les décisions de l’instance collégiale.

L’incompatibilité entre l’exercice de la tutelle et la prise de fonction à la tête d’un établissement dans le même ressort est une règle qui préexistait dans les comités de sélection, et que les collègues ont dû respecter, qu’ils soient DH ou D3S, sur emplois fonctionnels ou non.

  1. Pour le CHFO, il ne s’agit pas d’un critère de sélection ordinaire lié à la qualité de tel ou tel candidat ; il incarne le principe d’autonomie des établissements.
  2. Cette règle est d’autant plus d’actualité que le décret emplois supérieurs du 31 juillet 2020 a qualifié l’Agence régionale de santé comme « autorité de recrutement ». Y déroger est donc contraire à l’exigence de « garantir l’égal accès aux emplois publics » qui est rappelée à l’article 16 de la loi du 6 aout 2019.
  3. Pour le CHFO, la décision de ne pas respecter ainsi une LDG dont « l’encre n’est pas encore sèche » entache la crédibilité du Centre national de gestion, qui n’a pas même invoqué un motif d’intérêt supérieur pour procéder.
  4. Pour le CHFO, cette décision porte en germe une multiplication de conflits d’intérêts et d’arbitraires, tant dans l’exercice de la tutelle que dans les processus de nomination, alors que la règle instaurée était jusqu’alors constamment opposée aux collègues et aux Agences.

A ce stade, l’établissement d’une short liste n’est pas une décision définitive, mais le CHFO confirme son alerte exprimée hier 19 janvier. L’État doit se ressaisir. A défaut le CHFO prendra ses responsabilités.

Défendre les collègues, leurs intérêts collectifs, une gouvernance éclairée des établissements, le respect de leurs conditions d’exercice, fait partie de l’ARN messager du CHFO.

Posted in DH

Instance collégiale pour les emplois de DH du 19 janvier 2021 : alerte du CHFO

La déclaration liminaire des représentants CHFO :

En 2021, plus que jamais, se souhaiter mutuellement de bons vœux prend une valeur d’engagement.

Et chaque jour qui passe de cette nouvelle année nous montre combien il faudra d’énergie et de résilience pour que ces vœux se réalisent.

A chacun de vous je souhaite le meilleur au nom du CHFO. Nos vœux vont également à l’ensemble des équipes du CNG qui ont su assurer la continuité de service dans le contexte de crise, à l’instar de millions d’agents du service public dans tout le pays.

Si cette instance collégiale se réunit pour la troisième fois, les collègues eux dépassent sans doute la centaine de réunions de cellules de crise depuis un an de crise majeure, mais la plupart ne comptent plus.

Cela relativise sans doute les questions qui se posent sur le fonctionnement de l’instance collégiale, mais cela impose aussi le respect vis-à-vis de la rudesse de la tâche à laquelle sont attelés les chefs d’établissement et l’ensemble des équipes de direction : il faut enchaîner ou combiner le plateau pandémique avec les pathologies hivernales, alors que les capacités d’accueil sont réduites par la pandémie et les règles de sécurité, la course aux tests, la course pour prévenir les clusters en lien entre  le sanitaire et le médicosocial, les stops and go sur la vaccination.

Ce qui frappe beaucoup de collègues, c’est l’écart entre un discours d’encouragement qui nous est délivré un jour, à la manière d’un coach de basket, et les marques d’indifférence voire de mépris du lendemain, que ce soit sur la question du taux de promotion à la hors classe, sur la question du classement des emplois, ou encore sur les équilibres de la gouvernance des établissements.

Le CHFO appelle donc à la prudence vis-à-vis de la situation, et au respect des collègues, et ce doit être le cas dans le travail de cette instance.

Nous croyons en particulier qu’il faut renforcer l’information sur les lignes directrices de gestion qui conduisent les décisions pour l’accès aux emplois supérieurs. Les critères de sélection exigeants auxquels les représentants des directeurs ont consenti doivent être rappelés à tous. Sauf à vouloir s’installer dans la multiplication des dérogations, et à convertir la GPEC en gestion prioritaire de l’emploi de certains. Notre alerte est sérieuse, nous ne voulons pas participer à des décisions qui porteraient atteinte à la crédibilité de notre rôle.

Nous l’avons dit lors de son installation, la confiance vis-à-vis de l’instance collégiale n’est pas d’emblée acquise ; il ne s’agit pas, bien entendu, d’une question de personnes ; simplement nos collègues ont la faiblesse de penser que le changement institutionnel décidé n’est pas un simple accident bureaucratique : même s’il n’a pas été expliqué, il a nécessairement un sens, et il ne leur semble pas que ce soit celui du renforcement du dialogue et de la transparence, pourtant si ardemment vantés par ailleurs.

Nos collègues gardent à l’esprit une longue série d’entorses à nos règles, de régressions et de déconstructions depuis la loi d’aout 2019. A tel point que beaucoup n’ont plus la notion de ce qui a pu être préservé.

N’oublions donc pas que nous travaillons en situation de crise depuis un an passé. Prenons garde ensemble à ce que l’incrédulité et le scepticisme ne l’emportent, voire un syndicalisme de rupture, le service public et son dynamisme n’en sortiront pas gagnants.

En complément à ces vœux et à cette alerte, le CHFO a aussi demandé de ne pas tarder pour adopter le règlement intérieur de l’instance et le faire connaître ; notre organisation a fait des propositions et il semble que beaucoup convergent ; si des points de désaccord persistent il faut les traiter. L’expérience de l’Instance collégiale du 3 décembre conduit aussi à demander que soit rapidement réexaminé le rythme de publication des emplois en cours de test.

Posted in DH

D3S : résultats des mouvements 2020-3 Chefs d’établissements

La date limite de remontée des propositions des Agences régionales de santé était fixée au 7 janvier 2021, après les shortlists établies en Instance collégiale le 7 décembre dernier.

Malgré quelques retards dans ces remontées, le CNG a pu nous communiquer les résultats dans les délais.

Consultez les résultats

Pour ce tour de recrutement, 38 emplois étaient proposés, dont 2 emplois fonctionnels, 6 emplois donnant accès à l’echeon fonctionnel et 26 autres emplois. Sur le total, 13 emplois étaient déjà publiés au tour précédent. Cette fois, ce sont 13 emplois, soit un tiers, qui restent non pourvus à l’issue du mouvement. Parmi les 25 candidats retenus, 21 sont D3S, 2 sont DH et 2 sont autres fonctionnaires.

La prochaine publication est programmée le 19 janvier pour les chefs d’établissements et le 5 février pour les adjoints. 

Le CHFO est à votre écoute pour vos projets de mobilité : 

    01 47 07 22 34 (permanence)
Posted in D3S

Hôpital et EHPAD au secours…

Les hospitaliers ont su montrer leur réactivité et leur engagement lors de la première vague, ce qui avait conduit à de premières mesures de rattrapage mais qui, pour certaines d’entre-elles, n’étaient “pas pour tout le monde”!

La deuxième vague a de nouveau montré la capacité des hospitaliers à être inventifs en assumant des décisions relevant de la régulation, notamment la création et la mise en place de lits “non autorisés” (réa etc.) tout en reconfigurant l’hôpital de A à Z…Il s’agissait une fois de plus de  “faire plus avec moins” afin de maintenir l’accueil des “autres” patients qui avaient été mis de côté lors de la première vague.

Oui, l’Hôpital peut être fier de ses équipes. L’ensemble des acteurs de la fonction publique hospitalière, toutes professions confondues et tous secteurs confondus a été au rendez-vous pour protéger la Nation.

Oui, les équipes de Direction et tous les collègues se sont mobilisés avec ardeur, panache et confiance tant en secteur sanitaire que médico-social.

Arrive maintenant le 3ème épisode du feuilleton sans fin de “l’hôpital au secours d’un système en difficulté”.

Cette fois, les hospitaliers ont su endosser le rôle d’acteurs de prévention de premier plan, avec force visioconférences y compris le dimanche tard en soirée, répondant aux sollicitations et injonctions multiples (et parfois contradictoires) des nombreux “donneurs d’ordre”.

Ainsi, la campagne de vaccination, lancée en urgence essentiellement pour faire taire les critiques adressées à un ministère en difficulté, s’est appuyée avant tout sur le Service Public Hospitalier, qui n’en demandait pas tant mais qui n’acceptera pas de se le voir reproché.

De fait, en quelques heures à peine, les hôpitaux ont su monter des centres de vaccination à grande échelle tout en assurant l’acheminement de vaccins (à la dose près !) auprès des structures médico-sociales : EHPAD, résidences autonomie, etc. Tous ont dû organiser l’information rassurante des publics et garantir la sécurité des soins !

Déployer une campagne de vaccination aussi essentielle et prévisible en mode « gestion de crise » n’est pas normal, et porte aux limites des professionnels déjà épuisés. Ils répondent compte tenu de l’enjeu de santé publique, mais se refusent à toute instrumentalisation politique quelle qu’elle soit.

L’heure des bilans devra vraiment sonner, car les concertations du SEGUR ont soigneusement évité les sujets de l’organisation nationale et régionale du système de santé, et c’est le système qu’il faut revoir plutôt que de chercher des boucs émissaires.

Pour l’heure la fébrilité des autorités ne devrait pas dispenser de saluer les efforts fournis, plutôt que d’opposer des fins de non-recevoir à des questions statutaires tout à fait solubles, telles que le classement des emplois, le ratio de promotion, etc.

Les distinctions honorifiques, saluées par le CHFO, ne soldent pas les comptes, les cadres hospitaliers attendent une reconnaissance concrète pour ceux qui pilotent les établissements comme pour l’ensemble des équipes.

En 2021 plus que jamais, le CHFO sera à vos côtés pour une juste reconnaissance de la valeur professionnelle et des contraintes d’exercice.

DH : résultats du mouvement 2020-4 pour les emplois fonctionnels

Le Centre national de gestion met en ligne aujourd’hui les décisions de choix pour les emplois publiés le 19 septembre 2020.

2 emplois fonctionnels avaient été publiés le 15 octobre2020.

L’instance collégiale s’est réunie le 3 décembre pour arrêter les listes de candidats dites short listes. 

Le CNG publie aujourd’hui la liste des candidats retenus  :

Les candidatures aux emplois fonctionnels et de chefs d’établissements publiés le 20 novembre 2020 seront examinées lors de l’instance collégiale du 19 janvier 2021.

Le CHFO est à votre écoute pour vos projets de mobilité : 

    01 47 07 22 34 (permanence)
Posted in DH

Toutes les rubriques