Collègues en difficultés : le CHFO et Christian QUEYROUX à vos côtés !

Version imprimable
Le CHFO a décidé de confier à Christian QUEYROUX une mission d’accompagnement des collèges en difficulté. Directeur d’hôpital il a occupé des fonctions diverses et variées : directeur adjoint, DGA en CHU, chef d’établissement, Secrétaire Général à l’EHESP, Conseiller Technique puis secrétaire général d’ARS ; Christian QUEYROUX partage notre conception de l’éthique en management : loyauté de l’équipe vis-à-vis du chef d’établissement, respect des membres de l’équipe de direction par ce dernier. Mais aussi respect des chefs d’établissements par les DG d’ARS. Dire ce qu’il y a dire ne doit permettre de s’affranchir ni de l’écoute, ni du dialogue, ni du respect, et encore moins des règles statutaires. Nous avons demandé à Christian de nous faire part librement de son appréciation des difficultés qu’ont à vivre les collègues et de la mission qui lui est confiée et il inaugure ainsi la nouvelle rubrique du site "Billet d'humeur"

BILLET D'HUMEUR

ACCOMPAGNEMENT DES COLLEGUES EN DIFFICULTE

 

Collègues en difficulté … C’est le terme générique consacré pour évoquer des situations extrêmement variées de directeurs d’hôpital ou de directeurs d’établissements sanitaires et sociaux qu’ils soient chef d’établissement ou directeurs adjoints, directeurs de soins, ingénieurs, attachés, cadres de santé.

Compte tenu de la taille des corps professionnels concernés, nous savons qu’il y a toujours quelque part des « collègues en difficulté».

En tant qu’organisation syndicale de cadres, le CHFO est sollicité pour accompagner ceux pour qui la difficulté est arrivée à un stade où leur avenir professionnel et ou leur équilibre personnel ou familial sont menacés. Toute sollicitation recevra une réponse dans les meilleurs délais.

C’est la raison pour laquelle le CHFO a décidé de me confier une mission d’accompagnement des collègues en difficultés.

Nous veillerons à rester particulièrement attentifs aux conditions dans lesquelles ces collègues auront été mis en difficulté.

En effet, autant il est légitime pour un chef d’établissement en ce qui concerne ses adjoints ou pour un DG d’ARS ou un délégué territorial en ce qui concerne un chef d’établissement, notamment à l’occasion des procédures d’évaluation, de faire éventuellement ressortir des difficultés pour atteindre les objectifs fixés pour faire faire des progrès et seulement en cas de persistance des problèmes afin d’émettre des réserves sur l’adéquation au poste, autant il ne saurait être toléré que des mesures parfois insidieuses de déstabilisation des personnes soient employées pour provoquer des départs.

Si le dossier à charge est solide et argumenté, dans le cadre réglementaire de l’évaluation et éventuellement des procédures disciplinaires, il permettra à la fois à la personne concernée de se défendre et de faire valoir ses arguments et à l’autorité de véritablement caractériser des pratiques à bannir ou au contraire à améliorer.

Malheureusement l’expérience nous instruit de situations beaucoup plus ambigües et assez fréquemment rencontrées dans des dossiers de collègues en difficulté.

Sans prétendre à l’exhaustivité on peut évoquer :

  • L’arrivée « effet chasse d’eau » d’un nouveau chef d’établissement qui, sans considération pour ce que les cadres de direction en place ont apporté et apportent encore et au seul motif de renouveler les cadres, délivre un message simple « cassez-vous ». Certains sont même capables de publier les postes des collègues encore en fonction. Qu’il soit permis de s’interroger sur des manageurs incapables de mobiliser les forces existantes et qui semblent ne pouvoir gouverner qu’avec un nombre restreint d’affidés qu’ils traînent dans leurs bagages d’un poste à l’autre.
  • La « novlangue » cultivée dans les évaluations qui évitent soigneusement de mettre en lumières de réelles difficultés qui mériteraient pourtant d’être franchement abordées dans le souci de les faire disparaître ou bien au moins de les atténuer. « Bien dans l’ensemble » mais pour les détails téléphonez moi… assortie d’une pression vers la sortie qui ressemble à une mise à l’index.
  • La délégation abandon ou l’injonction paradoxale que certains chefs d’établissement ont expérimentée, à savoir une lettre de mission sans ambigüité demandant au directeur de mettre fin, dans les meilleurs délais, à des situations difficiles voire inacceptables mais soit dit en passant connues de tous et largement enkystées dans le tissu social et politique local. Dans ce cas attention on entre dans une forme hasardeuse de management, l’administration de « commando ». Le directeur pourra se voir reprocher au choix des résultats insuffisants s’il a essayé de ne pas tout faire exploser ou bien un excès de précipitation si les résistances locales relayées par des personnalités influentes menaces d’éclabousser les autorités supérieures.
  • Le « tribunal révolutionnaire » composé des autorités compétentes mais aussi parfois du président du conseil de surveillance et du président de CME substitué aux procédures d’évaluation ou bien aux entretiens de recadrage tout à fait légitimes mais qui doivent être conduits dans le respect des personnes et des règles juridiques encore en vigueur.

Que tous nos collègues ne soient pas au niveau maximum de la performance attendue, personne ne saurait en disconvenir, de même d’ailleurs que nos interlocuteurs des tutelles, politiques ou médecins.

Aucun corps ne peut sérieusement prétendre à la perfection de chacun de ses membres mais chaque membre de chacun de ces corps à droit au respect de sa personne et à la mise en œuvre de procédures réglementaires et transparentes et non à des pratiques de déstabilisation qui s’apparentent pour certaines à du harcèlement moral.

Chaque situation que nous identifierons comme non respectueuse des personnes et des procédures sera suivi avec attention et dénoncée clairement aux autorités et si nécessaire à l’opinion publique afin que chacun prenne ses responsabilités.

Christian Queyroux chargé de mission national « Accompagnement des collègues en difficulté »

Pour tout contact : ch-fo@wanaddo.fr