CAPN DS du 29 mars 2018 : Toujours une écoute attentive mais toujours pas de réponses concrètes !

Version imprimable
La CAPN des directeurs de soins s'est tenue ce jour : à l'ordre du jour : la tableau d'avancement au grade de la hors classe (lire la fiche du CHFO sur les effets de la promotion voir à la fin de l'article) - les mouvements et les positions. Quelques recours ont également été examinés. Lire ci-dessous notre déclaration liminaire et prendre connaissance des résultats

La déclaration liminaire du CHFO

Les gouvernements se succèdent sans que l’on puisse constater l’ombre d’un changement, qu'il s'agisse de la situation des EHPAD, du financement des établissements de santé, des annonces sur la refonte globale de l’offre de soins, de la réforme de la Fonction publique, le rouleau compresseur est en marche avec pour objectif de démanteler la fonction publique et l’hôpital public !

Après deux journées de mobilisation, la Ministre de la santé a enfin daigné recevoir l’intersyndicale, confirmant l’annonce qu’elle avait faite début mars de la mise en place d’un mécanisme de neutralisation des effets négatifs de la réforme du forfait dépendance sur une période de deux ans sans pour autant expliquer ce délai ! Aucune réponse sur les autres revendications si ce n’est que le ratio de 1 professionnel pour 1 résident arrêté dans le Plan Solidarité  Grand Age  « n’a aucun fondement théorique ou scientifique et il ne peut être considéré comme une norme »

S'agissant du financement  des établissements de santé : après un ONDAM hospitalier à 2,2% pour un tendanciel d’augmentation des charges à 4%, les tarifs hospitaliers sont en diminution de 1.2%

Cette construction tarifaire dans un contexte de ralentissement de l'activité constaté en 2017 revient à aggraver sciemment le déficit hospitalier lequel, selon les premières données transmises par les ARS, se situe autour de 1.3 milliards d’euros en 2017. Les hôpitaux sont tenus de réaliser 1,6 milliards d’économie en 2018. Les établissements n’ont d’autre choix, année après année, que de réduire la masse salariale en supprimant des emplois.

Les tensions s’exarcerbent dans les hôpitaux malgré l’annonce de dégel de 250 millions de crédits de 2017.

Les gouvernements se succèdent et restent sourd et méprisants face à nos revendications !

  • Du point de vue du dialogue social avec même des propos culpabilisant à l’encontre des directeurs
  • Dans la prise en compte des problématiques d’offre de soins déniant parfois les dimensions territoriales et de service public.
  • Dans la reconnaissance des professionnels avec un mépris total des revendications statutaires pourtant légitimes 

Les conditions d’exercice sont de plus en plus difficiles dans un contexte budgétaire encore et toujours de plus en plus tendu

Les directeurs des soins seront encore en première ligne à gérer le paradoxe d’une rationalisation des moyens de plus en plus contrainte et le maintien de la qualité et de la sécurité des soins ; un réel travail de funambule ou chaque pas, chaque décision, chaque action constitue une prise de risque d’abord pour les usagers, les patients, mais aussi pour les professionnels , nos équipes face auxquelles nous sommes amenés à soutenir l’insoutenable, à les exposer à la lassitude, à la démotivation, à la fatigue, au burnout pour certains et plus grave encore à l’erreur, à la faute pour d’autres.

C’était en septembre 2016. A l’occasion des 14èmes journées nationales d’études des directeurs des soins, Madame la Ministre avait annoncé qu’elle allait « demander aux services de son ministère de mener une large réflexion pour tirer les conséquences de l’évolution de notre exercice professionnel sur notre grille statutaire.

La modification statutaire que le ministère a présenté au conseil supérieur de la fonction publique hospitalière a été vécue comme une provocation de plus à l’encontre des  directeurs des soins et cela est inacceptable.

En instaurant le cadencement unique PPCR sans modifier la structure des carrières et leurs durées maximales, équivaut à allonger les carrières (d’au moins 25%) pour les futurs collègues.

Les directeurs des soins, notamment en fin de carrière, qui attendaient un avancement d’échelon au 10 janvier 2017 (3 ans après le reclassement du 10 janvier 2014) ont été fortement pénalisés.

Quant à la revalorisation modeste de 10 points de NBI alors que la DGOS nous avait annoncé une augmentation de 20 points, je vous laisse imaginer comment cette mesure a été reçue par les collègues !!!

Malgré nos incessantes interventions et alertes, une fois de plus, nos revendications n’ont pas été entendues. La réforme statutaire annoncée est une provocation supplémentaire qui témoigne et confirme le  mépris des pouvoirs publics envers les directeurs des soins.

Alors que les Directeurs des Soins sont tous dans une troisième carrière, il est évident qu’appliquer le PPCR sans modifier la structure des carrières et leurs durées maximales est une ineptie qui ne peut que contribuer à conforter le manque d’attractivité de notre corps professionnel, et conduire inévitablement à son extinction.

Ainsi, depuis le protocole d’accord de 2011, les injustices dont est victime le corps professionnel des Directeurs des soins perdurent :

  • Non reconnaissance des directeurs des soins exerçant en instituts de formation et en ARS,
  • Chute d’effectifs
  • Manque d’attractivité de notre profession, qui ne peut que se conforter avec le dispositif PPCR,
  • Non reconnaissance de la troisième carrière des directeurs des soins.

Les pouvoirs publics doivent maintenant :

  • reconnaître les compétences des directeurs des soins,
  • reconnaître l’importance de notre rôle,
  • reconnaître l’importance de nos responsabilités,
  • tenir enfin leurs engagements,
  • considérer les directeurs des soins comme des directeurs à part entière.

Sur tous ces points, le CH-FO reste déterminé et assumera ses choix, ses positions et ses propositions Comme à notre habitude, notre déclaration fait appel à une citation emblématique de notre état d’esprit et qui guidera encore nos actions à l’avenir pour faire vivre la cause des Directeurs des Soins

«  La critique peut être désagréable, mais elle est nécessaire. Elle est comme la douleur pour le corps humain : elle attire l’attention sur ce qui ne va pas »

Winston Churchill

Nous vous remercions de votre attention,

Pour le  CH-FO, les représentants élus à la Commission  Administrative Paritaire Nationale des Directeurs des Soins :

Pascal ARDON et Manuelle SAMSON

 

Points examinés en CAPN

Tableau d'avancement au grade de DS de la hors classe

Tout savoir sur les effets de la promotion en hors classe (rémunération - PFR)

Mouvements des directeurs de soins

Mises à disposition

Mise à disposition (tableau complémentaire)

Détachements