CAPN DS du 14 décembre : Notre déclaration liminaire et les résultats

Version imprimable
« Directeurs des soins, et si on y croyait ? » C’était en septembre 2016. Madame la Ministre à l’occasion des 14èmes journées nationales d’études des directeurs des soins le 28 septembre 2016 avait annoncé qu’elle allait « demander aux services de son ministère de mener une large réflexion pour tirer les conséquences de l’évolution de notre exercice professionnel sur notre grille statutaire.

Force est de constater avec la modification statutaire que le ministère a présenté au conseil supérieur de la fonction publique hospitalière,  que nos attentes, comme toujours, ne sont pas au rendez-vous. Le projet de modification statutaire est une provocation de plus à l’encontre des  directeurs des soins et cela est inacceptable.

La mise en œuvre du cadencement unique dans le cadre du protocole Parcours Professionnel Carrières et Rémunération (PPCR) rejeté par la majorité des organisations syndicales dont Force Ouvrière, porte préjudice aux directeurs des soins :

  • Aucune réduction d’ancienneté accordée à nos collègues directeurs des soins qui attendaient un avancement d’échelon au 10 janvier 2017 (3 ans après le reclassement du 10 janvier 2014). Les collègues en fin de carrière sont fortement pénalisés.
  • Envisager des durées de carrière fixes sans modifier la structure des carrières et leurs durées maximales, équivaut à allonger les carrières (d’au moins 25%) pour les futurs collègues.

Ainsi, compte tenu du fait qu’il s’agit d’une troisième carrière pour les directeurs des soins, et de l’âge moyen d’entrée dans le corps, l’avenir du corps des directeurs des soins est  plus que morose.

Cela ne va pas améliorer la perte d’attractivité du corps des directeurs des soins que nous dénonçons depuis longtemps. Les résultats du concours 2016 confirment la tendance (48 lauréats pour 60 places).  Tant que notre corps ne sera pas mieux reconnu, que ce soit en termes de carrière ou de régime indemnitaire, la chute d’effectifs perdurera, ce qui contribuera à dégrader nos conditions d’exercice.

Malgré nos incessantes  interventions et alertes, une fois de plus, nos revendications n’ont pas été entendues. La réforme statutaire annoncée est une provocation supplémentaire qui témoigne et confirme le  mépris des pouvoirs publics envers les directeurs des soins.

Depuis le protocole d’accord de 2011, les injustices dont les directeurs des soins sont victimes perdurent :

  • dispositif PFR inéquitable pour les directeurs des soins,
  • non reconnaissance des directeurs des soins exerçant en instituts de formation et en ARS,
  • chute d’effectifs du corps des directeurs des soins,
  • manque d’attractivité de notre profession,
  • non reconnaissance de la troisième carrière des directeurs des soins.

Le CH-FO a toujours considéré les directeurs des soins comme des directeurs à part entière, ce qui ne semble pas être le cas des pouvoirs publics.

Sur tous ces points, le CH-FO reste déterminé et assumera ses choix, ses positions et ses propositions !

Comme à notre habitude, notre déclaration fait appel à une citation emblématique  de notre état d’esprit et qui guidera encore nos actions à l’avenir  pour faire vivre la cause des Directeurs des Soins :

« La difficulté de réussir ne fait qu’ajouter à la nécessité d’entreprendre ». BEAUMARCHAIS

Nous vous remercions de votre attention,

Pour le  CH-FO, les représentants élus à la Commission  Administrative Paritaire Nationale des Directeurs des Soins :

Pascal ARDON et Manuelle SAMSON

Consulter les résultats

 

Votre Rendez-Vous régulier : http://www.chfo.org