CAPN Directeurs des soins du 19 décembre 2019 : le CHFO vous informe

Version imprimable

FlasCH – inFO

Pour la parfaite information de tous les collègues Directeurs des Soins,   les représentants du CHFO dans l’impossibilité concrète de rejoindre la capitale n’ont pas pu siéger normalement à cette séance. Cette situation exceptionnelle est bien sûr subie et involontaire. Le CNG est aussi impacté par ces difficultés et nous avons dû intervenir pour recevoir les derniers dossiers hier.

 Il n’en demeure pas moins que les représentants DS à la CAPN  pour le CHFO ont contribué avec assiduité à la préparation de ces instances, en lien étroit avec les équipes du CNG. Le travail en amont a permis de solutionner et de compléter de manière souvent favorable des situations individuelles  tant pour l’accès à la Hors Classe et la préparation du tableau d’avancement, que pour les titularisations, les mouvements.

Comme à son habitude, le CHFO a assuré tout le soutien nécessaire pour chaque situation individuelle par des échanges réguliers avec les collègues.

Nous vous livrons ici les éléments de notre  déclaration liminaire CAPN DS. 
A noter également que les résultats  sont publiés tels qu’ils étaient prévus et soumis à la CAPN de ce jour, et seront complétés en cas d’ajout de dernière minute remis en séance. (voir le lien en fin de message)

En cette fin d'année 2019, les directeurs des soins ne peuvent s’abstraire de leur environnement, alors que de nombreux professionnels de nos établissements se sont joints aux grèves et manifestations contre la réforme des retraites et pour les revendications spécifiques à l’hôpital public.

Une crise d'attractivité à tous les niveaux

La question de l’attractivité des métiers nous parle et elle est au cœur de la crise actuelle. La mise en cause de notre régime actuel de retraite la renforce encore ; comme dans l’éducation, de nombreuses catégories d’hospitaliers, dont les plus modestes, seront perdantes avec l’abandon de la référence au dernier salaire, ou la suppression de la catégorie active. Le compte pénibilité, dévitalisé par le gouvernement, n’est absolument pas à la hauteur. Comment a-t-on pu imaginer que la politique salariale menée depuis des années pourrait inspirer la moindre confiance dans un système fondé sur la valeur du point !

Bien sûr, toutes les mesures d’attractivité inscrites au plan « investir pour l’hôpital » sont bonnes à prendre, mais elles ne peuvent masquer le refus de revaloriser les carrières, qui pourtant souffrent des comparaisons internationales.

Les conditions de travail sont une cause majeure de la crise actuelle. Certes il faut moderniser les équipements, mais il n’est plus possible de poursuivre le décrochage entre la croissance d’activité et les effectifs. On a assez pressé le citron !

Le plan présenté le 20 novembre annonce vouloir lever les blocages à l’hôpital public. Faire confiance aux équipes, rendre du temps aux soins, cela exige que chacun balaie devant sa porte, à tous les niveaux. Par exemple, les réformes en préparation sur le financement à la qualité ou sur le financement au parcours nous inquiètent, en multipliant à dire d’experts les indicateurs à recueillir pour être éligibles.

Le débat sur la gouvernance nous inquiète également. La collaboration entre les compétences et les métiers est fondatrice de l’hôpital ; c’est toute la communauté hospitalière qui doit rester engagée dans cette collaboration. Les pouvoirs publics paraissent aujourd’hui instrumentaliser le directeur bashing de quelques démagogues, et pendant ce temps, la place des soignants est prise comme quantité négligeable. Nous directeurs des soins demandons qu’elle ait sa place à tous les niveaux, dans les établissements et les GHT, au directoire, au comité stratégique, et pas seulement dans une vague sous-commission.

Le CHFO refuse la réduction du dialogue social

Le contexte de cette commission paritaire, c’est aussi le fait qu’elle est la dernière dans un format qui a permis malgré tout de préserver le dialogue social national.

Donc, par exemple, les commissions paritaires n’auront plus à examiner les mobilités des collègues.

Pourtant cette compétence constitue, outre un moyen de veiller au respect des droits des professionnels, un outil indispensable d’observation de la politique d’emploi des directeurs des soins.

Au CHFO, nous avons ainsi observé le devenir des 3 phases de publications de février, avril et septembre 2019, et ce à travers les CAP de mai, septembre et de ce jour :

En février 35 emplois sont publiés, 115 emplois sont pourvus selon les CAP de mai et septembre ; 14 emplois sont republiés.

En avril, 42 emplois sont publiés, 17 sont pourvus selon les CAP de septembre et de ce jour, 8 sont republiés.

En septembre, 46 emplois sont publiés, 13 sont pourvus à cette CAP et 4 republiés à ce jour.

Nous avons donc sur 3 publications, 123 vacances de postes, 97 si l’on retire les republications.

45 postes ont été pourvus dans le cadre de la mobilité.

Qu’en est-il des postes non pourvus ? Qu’en est-il des postes non republiés ?

Est-ce qu’en cessant d’examiner ces questions en CAP, il s’agit d’ajouter la loi du silence à l’inaction ?

Pour nous au contraire, il y a là un chantier à ouvrir d’urgence ; il faut d’ailleurs compléter notre information ; nous souhaitons par exemple avoir connaissance des candidatures sur les postes non pourvus.

Il faut ensuite revenir à l’analyse des besoins en effectifs dans les établissements de santé et les instituts. Puis définir les solutions : actuellement, l’attractivité du métier est plombée par une insuffisante reconnaissance statutaire, et ce mécanisme est aggravé par les organigrammes incomplets qui détériorent les conditions d’exercice au quotidien.

Les sujets de négociation ne manquent pas

C’est dans ce cadre que les lignes directrices de gestion qui seront négociées au premier trimestre 2020 doivent intégrer une véritable stratégie pluriannuelle des ressources humaines pour les Directeurs des soins, stratégie qui a fait cruellement défaut malgré des discours d’une empathie convenue.

Et au-delà de ces lignes directrices de gestion, c’est toute une méthode d’information, d’analyse et d’action qu’il faut élaborer pour donner une perspective à nos collègues.

Un nouveau tour de négociations globales doit être engagé : conditions d’accès au corps des directeurs des soins, revalorisation des carrières pour l’attractivité, formation initiale et continue, conditions de mobilité dans le nouveau contexte d’organisation des établissements, définition des emplois fonctionnels.

Que nos nouveaux collègues qui vont être titularisés au 1er janvier prochain à l’issue de cette CAP soient assurés de la détermination du CHFO pour les défendre et pour défendre ce beau métier, même s’il est difficile !

Les représentants DS  et toute l’équipe du CHFO  vous souhaitent d’agréables fêtes de fin d’année 2019

Pour les élus CHFO à la CAPN

Christine VERGNES

 

Consulter les résultats de la CAPN