140 M€ pour la psychiatrie, est-ce la fin de la stigmatisation ?

Version imprimable
Ce n'est pas gagné : essai de décryptage des annonces faite par Agnès BUZYN, ministre de la santé, le 23 janvier 2019.

 

Le 23 janvier, la ministre de la santé annonce un engagement d’augmentation d’au moins 140 millions d’euros des dotations annuelles de psychiatrie en 2020, soulignant que c’est la hausse la plus importante depuis 10 ans.

Cette annonce positive est aussi la confirmation du système de défaveur appliqué à la psychiatrie depuis trop longtemps, avec une évolution systématiquement inférieure à celle de l’ONDAM, système qui s’est poursuivi en 2018 et 2019, malgré les bonnes intentions de la feuille de route santé mentale.

Pour 2020, ce n’est pas gagné :  140M€, cela représente environ 1,55% des DAF de 2019, loin de l’ONDAM à 2,4%. Il faut donc au moins 215 M€ d’évolution des DAF PSY pour ne pas continuer à creuser l’écart avec les autres champs d’activités.

Lors de son Assemblée Générale d’octobre 2019, le CHFO a adopté  18 propositions pour sortir de l’état d’urgence et de la stigmatisation. La première d’entre elles consiste à Indexer le financement de la psychiatrie sur le taux d’évolution de l’ONDAM, avec un effort de rattrapage.

Ce besoin de rattrapage est également souligné récemment par la FHF.

La réforme du financement de la psychiatrie est annoncée pour 2021 et il n’est pas possible de perdre une année de plus. Les innovations et appels à projets sont bienvenus mais la réduction des délais d’attente, l’intervention précoce et la vraie diffusion des programmes de réhabilitation interdisent de continuer à rogner les moyens de base !

Prenez connaissance des propositions CHFO pour la psychiatrie et n’hésitez pas à apporter votre contribution à sa commission thématique : ch-fo@wanadoo.fr